Boutique des Supporters

Le Stade de France et la FFR

Stade de la FFRLe Stade de France pourrait-il faire les frais de la Coupe du Monde de Rugby, si la réussite financière de cette compétition est au RDV ? C'est la question que se posent tous les observateurs depuis l'existence du conflit qui oppose la FFR au consortium, chargé de gérer le Stade de France.

Peu rentable...

A l'origine de la crise, le projet de la FFR de créer son propre stade dont elle serait propriétaire à 100 %, évitant les locations peu avantageuses du plus grand stade français. La FFR louche depuis longtemps sur son homologue anglais, qui est propriétaire de son stade de Twickenham. La RFU (fédération anglaise de rugby) se remplie les poches à chaque prestation de son équipe nationale dans le temple londonien.
Au-delà de la location elle-même qui n'est pas tellement excessive, c'est tout le dossier des espaces publicitaires qui pose problème à la FFR. En effet, le consortium du SDF impose ses propres sponsors au détriment de ceux de la FFR. Cette dernière doit racheter ces espaces pour satisfaire à ses propres sponsors et conserver sa politique publicitaire. En terme de publicité, la FFR ne gagne pas d'argent en jouant au SDF. Certes, elle réussit à dégager une petite plus value grâce aux entrées (80 000 places, quand même !) Mais cette dernière reste faible, au vu du potentiel que pourraient lui apporter les retombées publicitaires si elle avait les coudées franches.

Le prix d'un match au SDF, lors du tournoi des 6 nations

Principales dépenses :
- 1 100 000 euros pour la location.
- 200 000 euros de taxe sur les spectacles.
- 25 000 euros pour la gestion de la billeterie.
- 270 000 pour la sécurité.
- 40 000 pour les réceptions et banquets d'avant et aprés match.
- Coûts liées à l'équipe de France et son environnement

NB : 2% de la recette va aux bléssés et aux orphelins du rugby.

Comparatif avec les autres stades

On chiffre le bénéficie à 1 500 000 euros pour chaque représentation de l'équipe de France de rugby au SDF.
Pour comparaison, on estime à :
- 4 000 000 euros le benefice net par match, au Millenium Stadium de Cardiff.
- 5 000 000 euros pour un match dispusté à Twickenham.
Les irlandais n'ont pas attendu avec la modernisation de Lansdowne Road qui sera ultra moderne et offrira 55 000 places.

Et que dire de l'ambiance...

Tous les anciens vous le diront, l'ambiance est loin d'être celle d'un Parc des Princes. L'ambiance y est moins chaleureuse et la communion avec les joueurs est parfois absente. Trop grand, trop loin du terrain, les spectateurs semblent moins enthousiastes que dans d'autres arènes sportives. A titre de comparaison, l'atmosphère d'un stade vélodrome est bien plus conviviale, même les jours de mistral.
Et que dire de l'ambiance autour du stade ! A part deux ou trois brasseries de circonstance, c'est l'accumulation de baraque à frites et de stands temporaires sans âmes. Adieu l'ambiance chaude de la ville avec ses bistrots et ce mélange avec la population locale. D'ailleurs les supporters ne s'y trompent pas et se ruent vers les RER pour fuir le quartier du SDF. Direction la rue de la soif, au centre de la capitale pour faire la troisième mi-temps !

L'avenir...

Elle dépendra des négociations entre la FFR et le consortium. Mais une chose est sûre, si la coupe du Monde réussit à remplir les caisses de la FFR, cette dernière aura plus les moyens de ses ambitions. Des rumeurs parlent d'une implantation dans le sud-ouest en terre rugbystique. A quand la construction d'une arène dédiée uniquement à l'ovalie ? Et que deviendrait le SDF sans le rugby ? Réponse peut-être bientôt...

Le contrat liant la FFR avec le Stade de France s'achève à la fin de l'année 2012.

© Article de Belette - Août 2007

 

>> voir article plus récent (fev 2013)

 



Droits de reproduction réservés www.spiritrugby.com © Copyright - GREG